• Audrey

Volontariat au cœur d’un domaine viticole / Volunteering in a wine farm (English version below)


Afin d’approfondir mes connaissances sur les vins sudafricains et mieux comprendre les besoins et attentes des touristes du monde, j’ai candidaté comme volontaire auprès d’une ferme viticole située au cœur d’une des régions viticoles la plus touristique de l’Afrique du Sud : Stellenbosch !


Stellenbosch est une des villes les plus historiques de la région du Cap. Sa création remonte en 1679 sous l’implusion du gouverneur Simon Van Der Stel qui a nommé ainsi cette petite « île » localisée sur la rivière Eerste. Il s’avère que cette région présente toutes les qualités et offre une multitude de possibilités en termes d’activités : un sol riche propice à l’agriculture et aujourd’hui célèbre pour son industrie viticole avec plus de 150 établissements dédiés au vin et de la nature à perte de vue pour y pratiquer de nombreuses activités sportives. Les premières rues de Stellenbosch ont vu le jour dès 1689 et sont connues pour leurs allées plantées de chênes d’où son surnom de ‘ville de chênes’ (Town of Oaks). Entourée par les montagnes, elle offre également pléthore d’activités sportives aux touristes dont de belles randonnées VTT ou pédestres. Dès 1918, la création de l’Université de Stellenbosch vient également renforcer la renommée de la ville. Puis, l’apparition de la première route des vins d’Afrique du Sud en 1971 lui confère une reconnaissance internationale pour les amoureux du vin et de la gastronomie. Le sol riche en éléments nutritifs permet la culture de superbes cépages dont le célèbre Cabernet Sauvignon qui en a fait aujourd’hui sa réputation.


Je me retrouve ainsi dans un domaine familial avec l’opportunité de vivre leur quotidien. Le domaine présente 187 hectares dont seulement 33 hectares sont consacrés aux vignes, le restant étant réservé pour la production fruitière mais aussi la ferme des animaux et le parc de félins. 5% de la production de la récolte des grappes est vinifiée sur place tandis que le restant est revendu, souvent en coopérative. Le concept de ce domaine est original : on y rentre pour le plaisir et tout le monde peut y trouver son compte. Les enfants en bas âge peuvent se promener dans la ferme et découvrir une pléthore d’animaux allant du lapin au veau en passant par les autruches et les jeunes antilopes. Ceux qui ont envie peuvent organiser un pique-nique dans le magnifique parc arboré à la végétation luxuriante, au sein duquel chaque ouvrier-agricole s’affaire chaque matin afin de donner l’illusion d’un paradis en fleurs ! D’ailleurs, beaucoup de locaux y organisent leurs cérémonies de mariages ou anniversaires tellement la variété des espèces et l’aménagement des espaces nous font tout oublier. Pour d’autres, il y a la possibilité d’aller à l’un des deux restaurants dont La Barrique, offrant des plats savoureux locaux dont le fameux oxtail cuit et mijoté lentement (queue-de-bœuf) ou encore le bobotie (recette sud-africaine à base de viande hachée, de sauce tomate, de chutney, de raisins secs, d'épices indiennes, et d'une garniture à base d'œuf et de pain imbibé de lait, le tout gratiné au four). Certains peuvent flâner à la boutique et déguster les ‘Cape port’ (équivalent du Porto). Pour les amateurs de Gin et de vieilles voitures, pourquoi pas se rendre au Gin bar et siroter quelques sortes de ce spiritueux parmi les centaines proposées par le gérant passionné tout en observant les ancêtres aux moteurs restaurés ? Puis, à côté de la cave où reposent le précieux breuvage en barriques, se trouve le bar et sa ‘tasting room’ pour la dégustation des vins de Vredenheim. Certains clients combinent la dégustation avec une visite du parc à félins où les propriétaires ont réussi à accueillir de merveilleux lions blancs, un caracal, un léopard et deux majestueux tigres du Bengal.



A l’origine, la ferme de Vredenheim s’appelait Vrendenburgh et a été donnée par le gouverneur Simon Van der Stel dans le cadre de l’expansion de la viticulture à Stellenbosch, à Hendrik Elbertz, né en Allemagne en 1691. En 1986, Coen et Rikie Bezuidenhout, venus de la côte Est sudafricaine ont acheté la propriété. Anciens fermiers élevant du bétail, le couple s’est mis à la vigne. C’est notamment la fille Elzabe qui a été la première vigneronne « femme » de la région de Stellenbosch. C’est ainsi aux côtés d’Elzabe et de sa mère Rikie que j’ai pu vivre leur quotidien à la ferme viticole. Il est incroyable comme l’être humain prend rapidement des habitudes. J’ai apprécié prendre mon petit-déjeuner sous la lumière resplendissante sudafricaine aux côtés de Rikie qui me partageait chaque jour ses commentaires sur les fruits frais comme les bananes qu’elle avait cueillies la veille dans le jardin, ses idées de recettes du jour comme par exemple une tarte aux cerises du jardin ou encore partager quelques souvenirs lors du développement de la ferme avec l’arrivée des lionceaux qu’elle connaît comme sa poche ! J’avais chaque matin l’impression de retrouver un peu ma grand-mère en elle… Et le soir, après la journée de travail auprès des nombreux touristes, pour me vider la tête remplie de nombreuses histoires du monde entier, j’avais pris l’habitude d’aller me promener avec Elzabe et ses chiens dans les vignes. Sentir le vent bien présent en cette période de décembre, les rayons du soleil sur ma peau sous un ciel bleu me donnaient tout simplement le sourire. J’entendais les feuilles des vignes s’entrechoquer les unes contre les autres sous la brise. Le raisin commençait à grossir : les grappes avaient pris de belles formes et la peau verte de chaque grain commençait à se tendre… Les vendanges approchaient à grand pas… L’œnologue m’a annoncé un début de récolte certainement en février. Sortir, sentir la nature et observer son évolution m’ont permis chaque jour de me sentir vivre encore plus et de recharger mes batteries d