• Audrey

Exclusivité sur les cépages d’une terre volcanique : la Sicile !

Dernière mise à jour : 19 nov. 2018

Exclusivity on wine grapes from a volcanic land: Sicily!

(English version below)

Cette fois-ci direction la Sicile, une région autonome de l’Italie et la plus grande île de la mer Méditerranée, regorge de découvertes culinaires et œnologiques. En cette période de novembre, la Sicile est encore une période idéale pour profiter d’un ciel bleu et d’agréables rayons de soleil accompagnés d’une douce chaleur avant d’attaquer l’hiver. Nous arrivons à Palerme, dans la région Nord-Ouest de l’île. Tout de suite, le mélange des cultures et des influences héritées de l’histoire du berceau méditerranéen se font ressentir tant dans l’architecture que dans la manière de vivre ou encore des traditions…En effet, avec sa forme triangulaire lui valant le surnom de Trinacrie dans l'Antiquité grecque et du fait de sa position stratégique au centre de la mer Méditerranée, la Sicile a été colonisée à plusieurs reprises : d’abord, par les Phéniciens qui en ont fait un véritable comptoir commercial, puis par les Grecs dès l’antiquité et gouvernée par des tyrans comme Denys l’ancien et fut au cœur de conflits lors de la guerre du Péloponnèse, opposant Athènes à Sparte. Elle a ensuite été aux mains des Romains. Enfin, lors des guerres puniques, la Sicile a été l’objet de convoitise de Carthage (située dans l’actuelle Tunisie), puis peuplée par les germains, l’empire byzantin et enfin sous l’influence musulmane. Cette riche histoire explique la diversité culturelle de l'île. On y retrouve des influences architecturales antiques gréco-romaines sur les façades des bâtiments sur lesquelles on peut admirer des colonnes doriques mais aussi corinthiennes, mêlées à des notes byzantines ainsi qu’une culture nord-africaine. Ce mélange éclectique de cultures méditerranéennes se ressent dans le rythme de vie des siciliens. Les locaux prennent le temps sous le soleil de marcher dans les rues. Certains sont assis sur les terrasses des cafés pour échanger les nouvelles de la journée, les petits marchés sont positionnés çà et là, aux carrefours des petites rues. Les étals de ces marchés regorgent de produits frais des terres locales : des fruits, des légumes, des olives, des poissons fraîchement péchés le jour même et des fromages des fermes voisines sont disposés à profusion sous les yeux des passants. Le bruit dans les rues mais aussi et malheureusement la saleté font également partie du décor. L’effervescence des piétons anime les lieux et le nombre important de petits commerces locaux dans chaque rue foisonnent de spécialités culinaires, bien différentes des autres régions italiennes. Suite à des conquêtes de l’île par Carthage, aujourd’hui la Tunisie, on pourrait aussi s’imaginer à Tunis lorsqu’on est à Palerme, le soleil et l’ambiance méditerranéenne étant des éléments si communs à ces deux villes.


Nous allons passer quelques jours en dehors des villes en plein cœur des vignes siciliennes. Pour cela, nous arpentons des routes sinueuses et boueuses, abîmées par les inondations violentes qui ont eu lieu en ce début novembre. Après une quinzaine de kilomètres depuis la ville d’Alcamo, nous voici arrivées au cœur de la ferme agricole et viticole, Tarantola. L’agriculture et le tourisme sont les principales sources économiques de l’île. Dans cette région d’Alcamo, l’agritourisme s’est fortement développé. Nous sommes accueillies par l’énergie allègre de Luna, la chienne de la « maison ». Tout de suite, elle plante le décor : « sentite come a casa », sentez-vous comme à la maison ! C’est d’ailleurs le message que relaye Filippo Testa, le propriétaire de Tarantola qui nous serre immédiatement dans les bras. Il suffit d’un tel accueil et d’un sourire si chaleureux pour que je sente en moi un réel relâchement de mon corps et de toute la tension de ces derniers jours. C’est parti pour quelques jours de « lâcher prise ». Soudain, je me sens bien ! Tarantola est une aubaine pour les gens qui ont besoin de se ressourcer en toute simplicité, loin du stress de nos vies effrénées, rythmées par un travail toujours plus exigeant mais aussi toujours plus rapide. Ici, on appuie sur le bouton « PAUSE ». Ici, on déconnecte réellement : l’absence de télévision dans les chambres, une décoration rustique et champêtre avec des murs aux couleurs jaunes et chatoyantes, des meubles patinés par le temps et des nappes assorties de dessins d’olives apportent une réelle authenticité au séjour. Le wifi est accessible, certes… Alors forçons-nous à décrocher un peu du smartphone et à apprécier l’instant et les échanges avec le propriétaire et ses employées tout comme avec les animaux de la ferme, chiens, chats, chèvres bouc, poules ! Réapprenons à développer les sens de notre corps en écoutant le calme des lieux, le chant des oiseaux, en observant les paysages vallonnés des collines parsemées de vignes et de champs d’oliviers, en sentant les douces odeurs des arbres fruitiers à profusion mais aussi la douceur des rayons du soleil comblant nos carences en vitamine D, à force d’être enfermé dans un bureau. Ne vous attendez pas à un cinq étoiles ! Par contre, vous repartirez avec des batteries rechargées par la simplicité des lieux, une reconnexion avec la nature et un cœur enrichi par les échanges humains. Et finalement, c’est ce genre d’escapade que je recherche car cela nous enrichit pleinement de l’intérieur contrairement à l’effet neutre de la stérilité des hôtels, et la sensation de n’être qu’un simple numéro de passage sans échange particulier avec le personnel agissant comme des robots…


Tarantola, wine farm, Sicily, olive oil and sicilian wines
Tarantola, vins et huile d'olive, wine farm and olive oil

Tarantola, c’est une belle histoire de famille pour Filippo Testa, fils du comte Testa. Cette famille est propriétaire de la ferme et des terres agricoles depuis 1653, une famille qui a vu se succéder des générations et qui a fait face à la mafia pour sauvegarder son patrimoine et ses vignes ! C’est ce que Filippo raconte avec passion et amour à ses hôtes le soir autour des vins qu’il élabore mais aussi dans son livre « The Vine Whisperer ». Filippo propose au cœur de son domaine toute une gamme de produits frais : du miel, des olives au goût inimitable du soleil méditerranéen, de l’huile d’olive fraîchement pressée aux notes beurrées et de noisette et d’amande. Il propose aussi une gamme de vins : Filippo a décidé de ne pas cultiver des cépages locaux pour les blancs, s’essayant au cépage difficile originaire de Bourgogne, le Chardonnay. Quant aux rouges, il propose des vins plus charpentés et aux arômes de fruits noirs avec un Cabernet-Syrah, un Syrah avec quelques pourcentages de Petit Merlot et un cépage typiquement sicilien, d’ailleurs le plus cultivé et renommé de l’île, le Nero d’Avola. Il est souvent présenté en monocépage par les producteurs, mais peut également être assemblé à un autre cépage local, le Frappato aux notes florales, douces et fruitées ou encore associé au Cabernet. Le Nero d’Avola est un vin aux reflets mauves, puissant avec des arômes de fruits très mûrs et noirs, qui accompagnera à merveille les plats locaux de pâtes fraîches, viandes et risotto. C’est un vin qui se garde entre 4 et 10 ans selon la qualité de production. Malencontreusement, du fait de peu d’investissements dans les méthodes de vinification en Sicile, la région étant encore très pauvre sur le plan économique, il existe une grande disparité dans la qualité des vins locaux. Le Nero d’Avola est un vieux cépage de l’Est de la Sicile et aussi très cultivé sur les plaines calcaires du Sud-Est. Malheureusement, énormément de vignes ont été arrachées suite aux subsides européens et le Nero d'Avola a souvent dû laisser place aux fruits et aux légumes. Il est pourtant très populaire et est vu par beaucoup comme la meilleure variété de raisins noirs de l'île. Nous avons eu l’occasion de déguster également un autre cépage cultivé près des volcans où la nature du sol apporte quelques notes particulières de soufre au vin : le Nerello mascalese. Ce cépage, bien moins connu que le Nero d’Avola qui lui vole la vedette, brille pourtant sur les flancs de l’Etna au Nord-Est de l’île. Ce cépage est pourtant exclusif puisqu’il est uniquement cultivé en Sicile et est à la base de vins somptueux. Le Nerello Mascalese par sa robe légère, peut nous évoquer dans un premier temps un Pinot Noir épicé aux notes florales (violettes et rose) et de fruits rouges légers comme la framboise et la fraise. Il présente des tannins assez inhabituels, voire abrupts et aussi une certaine acidité, du fait du sol volcanique. Ses notes florales parfumées seront parfaites pour démarrer le repas avec des antipasti ! Le sol influence les vins et leurs arômes. Comme la Sicile est une terre à l’activité volcanique la plus intense avec notamment ses trois principaux volcans que sont l’Etna, Stromboli et Vulcano, ceci confère une caractéristique particulière aux vins locaux.